Kananga : L’ONG FMMDK dénonce la recrudescence des violences sexuelles commises sur les femmes

Par Ivan Honoré

Les violences sexuelles commises sur les filles et les femmes sont devenues monnaie courante au Kasaï-Central et constituent un danger pour elles.

D’apres l’ONG Femme Main dans la main pour le développement du Kasaï (FMMDK) les récents rapports ont renseigné que pour le premier trimestre de 2020, plus de 2000 cas de violences sexuelles ont été enregistrés.

Le dernier cas en date est d’une femme d’environ 42 ans qui a été violée par deux hommes non identifiés dans la ville de Kananga, mercredi 19 novembre dernier.

D’après nos sources, cette dame a été surprise par ces hommes au moment où elle se rendait au champ dans les heures matinales de ce mercredi où ce forfait a été commis par ces inciviques qui l’ont abandonnée sur le lieu du viol.

Avant qu’elle soit violée les bourreaux l’ont ligotée , tabassée et blessée et y a passé nuit avant d’être retrouvée ce jeudi par sa famille.

A l’heure actuelle, la pauvre dame se trouve dans un état de santé très critique, dans une structure sanitaire où elle a été acheminée par une organisation de défense de droit de la femme, rapporte Nathalie Kambala Secrétaire Exécutive de FMMDK.

Cette actrice de la société civile qui dénonce la recrudescence des cas de violences sexuelles faites à la femme et à la fille dans cette partie du pays, demande à la justice de mener des enquêtes afins ces hors-la-loi soient retrouvés et punis.

Selon elle, avec cette situation, les femmes se sentent abandonnées car si elles ne savent plus aller aux champs il y a des conséquences néfastes sur le plan économique et social.

Lire aussi

Partager

Articles récents