RDC : Après avoir adhéré officiellement à l’Union sacrée, l’UNC plaide pour la libération de Vital Kamerhe

Par Gilbert Ngonga

Une délégation conduite par Aimé Boji, Secrétaire Général ad intérim de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), s’est entretenue avec l’informateur Modeste Bahati Lukwebo ce dimanche à Kinshasa.

Après cette rencontre, le parti cher à Vital Kamerhe a officialisé son adhésion à l’Union sacrée prônée par Félix Tshisekedi, Président de la République Démocratique du Congo.

« Nous venons d’avoir un bref entretien avec l’informateur, c’était essentiellement pour confirmer notre engagement à l’initiative du Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi et aussi confirmé que tous nos députés nationaux, ils sont au nombre de 16 à l’assemblée nationale ont effectivement signé en terme d’engagement, libre d’adhérer à cette vision du Président de la République », a expliqué Aimé Boji, au sortir de l’entretien avec Modeste Bahati.

Comme on pouvait s’y attendre, la libération de Vital Kamerhe a été inévitablement évoquée au cours de cette entrevue.

« Comme vous pouvez vous en doutez nous ne pouvons pas aussi manqué de mentionner le cas de notre Président national et lancé un appel à l’informateur de s’impliquer aussi pour que justice soit faite et que notre Président national recouvre sa liberté et continuer à servir la République comme il a toujours fait », a ajouté le numéro 2 de l’UNC.

C’est la deuxième alliance politique scellée entre l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) et l’Union pour la démocratie et le Progrès Social (UDPS).

La première est celle de Nairobi, signée quelques semaines avant l’élection présidentielle de 2018 en RDC. Vital Kamerhe s’était désisté au profit de Félix Tshisekedi qui, en cas de victoire lui avait garanti le poste de Premier Ministre. N’ayant pas la majorité au Parlement, Vital Kamerhe s’était vu dans l’obligation de céder la Primature au Front commun pour le Congo (FCC), qui hier avait cette majorité, avant la rupture de la coalition avec le Cap pour le changement (CACH) de Félix Tshisekedi.

L’accord de Nairobi, fait aussi et encore de Vital Kamerhe Candidat Président du CACH en 2023 sauf la dernière catastrophe politique.

À l’heure actuelle, cet allié de Félix Tshisekedi est à la prison de Makala à Kinshasa.

Vital Kamerhe et son coaccusé, l’entrepreneur libanais Samih Jammal, ont été condamnés à 20 ans de prison, après avoir été reconnus coupables du détournement de près de 50 millions de dollars destinés au financement de maisons préfabriquées prévu dans le programme d’urgence des 100 jours lancé par le chef de l’Etat après son investiture le 24 janvier 2019.

Par cette condamnation, le Kivu voit à petit feu son leader éliminé pour la Présidence de 2023, car il a aussi été frappé d’une interdiction d’exercer des fonctions publiques pendant 10 ans.

Lire aussi

Partager

Articles récents