MESP: la gestion de Guy Mafuta auditée par l’IGF

Il a exercé les fonctions de président du Conseil d’administration de la Mutuelle de santé des enseignants du primaire, secondaire et professionnel-MESP. Il y avait été placé par Macaire Mwangu Fwamba du temps où il était ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel.

Bien que devenu député national, l’on apprend des sources dignes de foi qu’il fait l’objet d’un audit sérieux de la part de l’Inspection générale des finances.
Les enquêteurs de l’Inspection générale des finances se penchent sur les dossiers ayant trait à la gestion de cette structure par Guy Mafuta, ancien président du conseil d’administration. Les mêmes sources laissent entendre que ces dossiers auraient été remis à l’IGF par celui-là même qui l’avait nommé à ce poste. Ce qui surprend l’opinion publique, dans la mesure où l’ancien ministre qui a dernièrement servi comme Directeur de cabinet de Jeanine Mabunda, présidente sortante de la chambre basse du Parlement, entretient de liens très solides avec l’actuel député national. Et qu’il n’a aucun intérêt à voir son ancien protégé trainer dans la boue à cause de la gestion de la Mutuelle de santé des enseignants du primaire, secondaire et professionnel-MESP.

Les deux se seraient-ils tourné le dos, au point de vouloir se causer des ennuis? Cette question se pose dans tous les milieux des originaires de la province du Kasai vivant à Kinshasa.
Manque de moyens pour la mutuelle
Pourtant, pendant son mandat de PCA de cette mutuelle, Guy Mafuta n’avait cessé de se plaindre de sa faible présence dans les provinces par manque de moyens insuffisants. Sur les 26 provinces que compte la RDC, disait-il, la MESP n’est présente qu’à l’Equateur, à Kinshasa et dans le Haut-Katanga.

« Au lancement de la mutuelle, on avait libéré le 1/3 du besoin exprimé. A ce jour, il existe un document important qui se trouve sur les tables de tous les décideurs du pays. Il s’agit de la politique générale d’extension de la mutuelle. C’est un document qui donne les conditions et les détails pour que la MESP atteignent les 26 provinces. L’extension suit le rythme de l’enveloppe que nous avons. Si nous avons tous les moyens, nous irions dans toutes les provinces en un temps record », expliquait-il.

Par conséquent, l’on ignore les motifs de cet audit dont on attend le rapport final. Quoi qu’il en soit, le député national Guy Mafuta se dit serein, dans la mesure où il dit n’avoir commis aucun acte susceptible de porter atteinte au meilleur fonctionnement de cette structure appelée à veiller à la santé des hommes à la craie blanche.

(Dossier à suivre)

Lire aussi

Partager

Articles récents