Économie : laissée à l’abandon, Sama veut faire de l’agriculture « le secteur pourvoyeur des richesses et d’emplois »

Par Gédéon ATIBU

L’enjeu agricole s’impose dans la diversification de l’économie nationale pour le nouveau gouvernement de la République démocratique du Congo dont les sous-sols regorgent de richesses en minerais mais où les terres sont souvent laissées en jachère.

Lors de la présentation du programme de son gouvernement, Jean-Michel Sama Lukonde a martelé que l’agriculture devrait s’imposer comme le premier secteur pourvoyeur des richesses nationales.

« Tout d’abord, à propos de la diversification de notre économie, toutes les actions à mener viseront , bien-sûr , la redynamisation et la promotion de tous les secteurs de notre économie. Mon Gouvernement mettra un accent particulier sur la revanche du sol sur le sous-sol. C’est-à-dire sur l’agriculture. Il ne s’agira plus de ne compter que sur le seul secteur minier ou pétrolier. L’agriculture doit redevenir le premier secteur pourvoyeur des richesses et d’emplois dans notre pays », a-t-il souligné.

La RDC dispose de quatre-vingt millions d’hectares de terres arables, dont 10 % seulement seraient cultivées: la statistique se vérifie en tous cas à l’oeil nu quand l’avion se pose à Kinshasa, avec des terres limoneuses et souvent vierges le long des méandres du fleuve Congo.

Et pourtant, le pays est aujourd’hui un importateur net de denrées alimentaires. Et six à sept millions de Congolais ne mangent pas à leur faim, selon des sources humanitaires.

Pour y arriver, le premier Ministre prévoit, notamment la promotion du paysannat par la constitution des coopératives agricoles, la création d’une véritable Banque de crédit agricole pour financer le développement de ce secteur et la relance de l’agriculture vivrière, industrielle et pérenne ainsi que la pêche et l’élevage.

Sama Lukonde promet de faire de l’agriculture un des piliers de la diversification de l’économie avec le tourisme.

Si l’expérience ambitieuse des parcs agro-industriels n’a pas porté ses fruits, des initiatives agricoles communautaires et privées sont bien plus prometteuses.

Lire aussi

Partager

Articles récents