Paulette Kimuntu emportée par sa fougue et par une promesse inconsidérée de Félix Tshisekedi

Par Botowamungu Kalome (Eventsrdc)

Le député Daniel Mbau en a perdu son latin au point de massacrer une expression biblique à travers un propos décousu : « Félix Tshisekedi doit être regardé à la prunelle de l’œil par les Congolais ». En face, c’est une déferlante, du rentre-dedans, les mots crépitent, la journaliste Paulette Kimuntu Kimpiob enchaîne des questions, de vrais uppercuts sans gants, elle n’entend pas l’éthique qui, en bon arbitre, lui crie : « Break ! Break » comme en boxe. Dans ce maelstrom, le député titube, on a l’impression que la journaliste veut lui arracher la tête, le cœur, le foie et les boyaux.

Le parlementaire n’en finit pas de s’enfoncer avec des propos incongrus dans le fond et dans la forme : « Nous n’avons pas la même capacité de résilience que les Tchadiens », « Nous sommes déjà désagrégés de l’intérieur », « Nous sommes un pays pluri tribal », « Nous allons imploser »… De quoi pousser Paulette Kimpiob à le ramener à un peu de lucidité : « Mzee est mort le pays a continué, le pays ne s’est pas arrêté ».

Du pain béni pour la frange la plus radicale du camp du président congolais qui va déformer cette remarque de la journaliste et l’accuser de « souhaiter la mort du chef de l’Etat ». Et vint un déluge d’insultes et des propos obscènes sur la journaliste, sur ses parents, sur son sexe et sur celui de sa mère. Jamais un camp politique en RDC n’avait été aussi odieux. Rappeler cette promesse leur est insupportable alors que le président n’aurait qu’à « reformuler » cet engagement en confessant qu’il avait sous-évalué la complexité de la situation. Au lieu de cela, en réponse aux élèves de Beni qui enchaînent des nuits dehors, Félix Tshisekedi leur a demandé de s’abriter des intempéries avant de les y contraindre avec du gaz lacrymogène. Un geste très tendre envers des gamins dont l’univers est peuplé de tant de morts et d’atrocités…

Un journaliste n’est pas un procureur, une interview n’est pas un interrogatoire

Juste avant la phrase controversée, Paulette Kimpiob a rappelé que Félix Tshisekedi avait dit qu’il était « prêt à mourir pour la sécurité à Beni ». Et quand elle ajoute : « Mzee est mort le pays a continué, le pays ne s’est pas arrêté », dans beaucoup d’oreilles, cela sonne : « S’il meurt et alors ? ». Une évidente maladresse renforcée par le fait que la journaliste a pris au pied de la lettre l’expression « Prêt à mourir pour Beni ».

Pour sa défense, Paulette Kimpiob met en avant sa « pugnacité, partie intégrante de sa personnalité ». Quand on parcourt la presse congolaise aujourd’hui, un constat se dégage : les interviews virent en interrogatoires avec le ton et des méthodes que même les policiers renieraient. Des journalistes se déclarent garants de la vérité et de la démocratie, une conception qui conduit à l’émergence des journalistes qui se croient investis de distribuer des bons et des mauvais points. Et concernant les interviews, la RDC doit détenir le record mondial des questions introduites par « Il paraît que… », « Tel a déclaré que… ».

Grosse erreur, car je suis de ceux qui pensent que le journaliste éclaire les faits, les décode mais sa mission n’est pas d’établir la culpabilité comme un juge ou un policier.

Une interview sur fond de guerre contre la « talibanie »

Paulette Kimpiob a mené cette interview sur fond d’une guerre numérique éreintante contre ceux qu’elle appelle affectueusement « talibans » et qui le lui rendent bien. Soupçonnée d’être pro-Fayulu et anti-Félix Tshisekedi, la journaliste subit depuis deux ans des critiques parfois fondées et surtout d’insultes inacceptables. Les partisans de Félix Tshisekedi ont infesté la toile des propos obscènes et insultants avec une prolifération des faux comptes qui servent de cheval de Troie. Femme de caractère et de tempérament, Paulette Kimpiob a décidé de rendre coup pour coup dans une guerre ouverte contre la « talibanie ». A tort, car ce pugilat sur Facebook et Tweeter a cannibalisé l’à-priori de neutralité nécessaire pour exercer le métier de journaliste.

Inconsciemment, la frontière entre la guerre des réseaux sociaux et l’émission de Paulette Kimpiob est devenue poreuse comme les frontières à l’Est de la RDC où le commandant suprême des forces armées congolaises a la trouille d’y aller.

Lire aussi

Partager

Articles récents