Prévention des conflits au Tanganyika : un atelier de renforcement des capacités des femmes s’ouvre ce mardi à Kalemie

Par Jeannot Mwilambwe, Kalemie

Une cinquantaine de personnes parmi lesquelles les femmes et les jeunes filles leaders twa et bantoues issues des paillottes de paix mises en place au Tanganyika prennent part depuis ce mardi 4 mai 2021à l’atelier de renforcement des capacités sur l’analyse des conflits, les techniques de prévention, médiation et la gestion pacifique des conflits, les droits des femmes et la technique de communication ainsi que celle de plaidoyer.

Coordonnatrice Albertine Kungwa

Ces assises se tiennent à l’hôtel beach Musalala dans la ville de Kalemie et sont organisées pour 5 jours par l’association Wapandaji de concert avec le fonds pour les femmes congolaises (FFC) en sigle. Suivant la Coordinatrice de cette structure et point focal du FFC au Tanganyika, Albertine Kungwa, les participantes à ces assises sont venues de tous les 6 territoires de la province du Tanganyika ainsi que de la ville de Kalemie. L’objectif, a précisé la même source, est d’outiller ces femmes et jeunes filles leaders sur toutes ces questions afin de les amener à s’impliquer dans la prévention des conflits et la vulgarisation des droits des femmes dans leurs milieux respectifs.

« Au Tanganyika, il y a encore des conflits intercommunautaires twa et bantous. C’est pourquoi le fonds pour les femmes congolaises veut que les femmes du Tanganyika s’impliquent pour réduire davantage ces conflits entre ces deux communautés. Les fauteurs des troubles, comme vous le savez, c’est nos maris, nos enfants. Et si la femme s’implique dans la sensibilisation, si elle sensibilise réellement son mari et ses enfants, ces problèmes vont disparaitre » a-t-elle indiqué.

La conseillère au ministère provincial du genre, Feza Geneviève qui a ouvert ces travaux au nom de la ministre de tutelle a reconnu que l’implication de la femme dans la prévention tout comme dans la résolution des conflits a toujours été couronnée de succès. Elle a appelé les participantes à partager les connaissances reçues au cours de cet atelier à leurs pairs restés dans leurs territoires et à les mobiliser autour de cette question.

conseillère du FCC, Feza Geniève

« Lorsque la femme, a-t-elle affirmé, s’implique dans la résolution des conflits, il y a toujours du succès. Vous représentez ici toutes les autres femmes qui sont restées dans vos territoires. Et donc ce que vous apprenez dans cet atelier doit être partagé à vos pairs pour une implication beaucoup plus accrue dans la prévention et la résolution des conflits »

Présent à ces travaux, Simon Idi, chargé des programmes au fonds pour les femmes congolaises dépêché à Kalemie pour appuyer cet atelier a fait savoir que celui-ci s’inscrit dans le cadre du projet dénommé  » promouvoir la participation des femmes à la consolidation de la paix grâce aux paillottes de paix. Ce projet, a-t-il ajouté, prévoit, en dehors du renforcement des capacités des femmes sur l’analyse et la médiation des conflits, un appui financier aux 8 Organisations des femmes, une campagne de sensibilisation sur la cohabitation pacifique et des plaidoyers auprès des décideurs politiques. Le projet est financé pour 18 mois à dater de mars 2021 par le programme PEACEBUILDING des Nations-Unies et il est mis en œuvre au Tanganyika par le FFC.

Lire aussi

Partager

Articles récents