Union sacrée : un château construit sur le sable au point de s’écrouler

Par Gilbert Ngonga

Près de 5 mois après la formation de l’Union sacrée de la nation, la nouvelle coalition de Tshisekedi peine toujours à se stabiliser.

La nouvelle vision du chantre de l’État de droit, ne sait plus à quel saint se vouer pour colmater les brèches qui font entrer de l’eau à flots dans le navire qui est en train de sombrer.

Avec la condamnation de Vital Kamerhe, qu’est un passage en force réussi, l’Union sacrée subit maintenant les conséquences de ses stratégies mal réfléchies et mal conçues.

La contestation de la condamnation en appel de Kamerhe, l’un des poids lourds de l’Union sacrée n’est plus au niveau d’une fronde ; elle est devenue plus exigeante et plus radicale dans le chef de certains congolais.

Cette condamnation qui n’est pas une surprise en tout cas, a plongé dans le désarroi la coalition Tshisekediste de l’Union sacrée de la nation, dont l’UNC de Vital Kamerhe est membre actif.

La tension est montée d’un cran le mercredi. Les camps Tshisekedi et Kamerhe ne s’entendent plus sur un certain nombre des choses, notamment l’emprisonnement de Vital Kamerhe, vue de mauvais œil par ses adeptes.

Après cette poussée de fièvre, l’éventualité d’une rupture de la coalition CACH signée à Nairobi est sans nul doute envisageable.

l’Union pour la nation congolaise (UNC) a demandé à ses députés de suspendre leur participation aux réunions CACH et de l’Union Sacrée. Insistant sur le caractère politique de la condamnation de Vital Kamerhe, Billy Kambale Secrétaire général du parti rouge blanc, déclare que, les discussions se poursuivent pour d’autres décisions.

À l’heure actuelle, il faut jetter un Jonas dans l’eau pour sauver le navire Union sacrée, afin qu’il ne chavire.

Lire aussi

Partager

Articles récents