Corruption dans les Universités : une plaie

Par Eunice Ngoya (stagiaire IFASIC)

Ça sent mauvais dans les milieux estudiantins.

Les Instituts et Universités de la RDC en général, et de Kinshasa en particulier font face au fléau de la corruption sous plusieurs formes.

Cette pratique devenue une plaie profonde en République Démocratique du Congo s’est installée dans la tête des certains universitaires, et d’autres en ont eu le goût.

A chaque épreuve, le rythme de la corruption prend de l’ampleur, et cela se fait même de manière automatique. Les étudiants savent déjà sur quoi s’appuyer pour leurs réussites, et ceux qui s’interdisent de se livrer à des tels actes illicites, échouent ou passent avec des côtes serreés par chance.

Leonel Kamus, étudiant à l’Institut Supérieur Pédagogique (ISP) Gombé affirme que : »Les points sont payants à l’ISP. Pour passer à la promotion supérieur, tu dois chercher quelqu’un ou avoir beaucoup d’argent. D’autres donnent leurs corps pour avoir juste le point. Donc c’est vraiment horrible. Pour ne pas échouer, on nous oblige de payer le support quand bien même que cela est defendu. Nous étudiants avons eu ce rythme là » révèle t-il.

Cependant, cette corruption est semi absente dans d’autres Universités, notamment dans l’Université Chrétienne Cardinal Malula basée à Kinshasa.

D’après les témoignages de l’étudiante Djemy Mbolela, dans cette Université appartenant au feu Cardinal Malula, la corruption est quasiment inexistante.

« Chez nous à UCKIN, la corruption n’est pas trop fréquente. D’ailleurs le seul professeur qui avait l’habitude de le faire a été renvoyé, alors je ne sais pas comment je pourrais affirmer que cela se passe dans mon Université, car je n’ai pas trop vécu ça ici comme dans d’autres universités », a t-il laissé entendre.

À l’opposé, un Chef de travaux de cette même Université chrétienne accuse plutôt les étudiants d’être la cause principale de la corruption, car dit-il, les enseignés viennent d’eux-mêmes corrompre les enseignants ( Professeurs, Chefs des travaux, et Assistants).

« Si cela se passe c’est parce que les étudiants viennent nous solliciter en nous présentant des grosses sommes. Face à cette situation, nous nous retrouvons devant un fait accompli nous obligeant d’accepter leurs propositions compte tenu de nos faibles rémunérations », a avoué Lema Mwanda.

Retenons que la corruption est un anti-valeur qui est punissable par la loi. Elle est exercée dans plusieurs milieux éducatifs à Kinshasa.

Lire aussi

Partager

Articles récents