Retrait des « Ujanas » de la circulation routière : Ouf de soulagement pour les habitants de Ngaliema

Par Milca Bokolwa (stagiaire IFASIC)

Les habitants de la commune de Ngaliema ont salué la décision prise par le vice-premier ministre de l’Intérieur, Daniel Aselo, sur l’interdiction des policiers routiers appelés communément “Ujanas” sur les artères de Kinshasa.

Cette décision apparaît comme une aubaine pour les chauffeurs de Ngaliema, qui estiment que de cette mesure prise par le vice-premier ministre de l’Intérieur, Daniel Aselo vient remettre à l’ordre les mauvaises pratiques de ces policiers routiers.

« La police doit jouer son rôle en cas de désordre. Pour l’arrestation des chauffeurs, c’est un fait normal, mais en arrêtant un chauffeur sans cause tangible, c’est ce qui nous dérange.
Ils peuvent respecter la loi mais en cas du non respect de la loi, ils doivent agir! », a réagi un chauffeur de taxi.

Et d’ajouter : « Les policiers sont des hommes du droit mais créent de désordres routiers, et nous encouragent aussi à créer de désordres à notre tour. Mais que chacun respecte ses droits et je pense qu’il n’y aura plus des tracasseries routières.
Nous sommes du même avis sur la décision prise par le ministre. Cela nous permettra à bien travailler ».

Selon les clients de transport en commun, cette décision est la meilleure, du fait que les policiers(Ujanas) ont plusieurs fois abusé du pouvoir qui leur avait été confié par leur hiérarchie.

« Je suis satisfait de cette décision dans le sens qu’ils ont commencé à abuser du pouvoir reçu des autorités compétentes. Nuisances suivies de tracasseries rappelant aux conducteurs les comportements de roulages », a déclaré Jérémie Nsomi, un passant.

Ce passant estime par ailleurs que, cette mesure prise par le ministre va pérenniser la mauvaise pratique d’impunité de roulages.

« Je ne suis pas satisfait de la décision, car ils ont amené une touche d’intransigeance sur la route avec les conducteurs, une discipline qui est très indispensable surtout pour la crédibilité de la police routière car les roulages (PR) agissent en toute impunité sans-gêne. Bref, il faut un suivi et une évaluation de leurs services rendus sur la route, afin de mieux les interpeller en cas d’abus, car ils sont plus indispensables que les roulages en terme de la discipline routière, qualité que les roulages ont presque totalement perdu », a-t-il conclu.

À en croire une habitante de la commune de Ngaliema, les Ujanas étaient de policiers routiers, qui étaient à la base des embouteillages inutiles sur la chaussée.

« Je suis très satisfaite, je trouve qu’il rajoutait du désordre dans la circulation. Pour moi, c’est une excellente chose qu’on ne les voit plus sur la route », a affirmé Merdy Balia.

Quant aux roulages, le commissaire Kamba Wiba estime que cette décision est salvatrice pour des raisons évidentes liées à l’ordre public.

Pour rappel, après plusieurs dénonciations des tracasseries routières à Kinshasa, le Vice Prémier ministre, ministre de l’Intérieur, Daniel Aselo, a décidé le jeudi dernier, de retirer sur les routes de Kinshasa, les policiers appelés communément “Udjanas”.

À cet effet, ils ne peuvent plus contrôler les documents de bord des véhicules.

Lire aussi

Partager

Articles récents