FMI : Voici le taux de prélèvement obligatoire de la RDC

Par Ivan Honoré

Le Ministre congolais des finances, Nicolas Kazadi a animé conjointement avec le représentant résidant du
Fonds Monétaire International (FMI), Gabriel Leost une conférence de presse sur la récente approbation de cette firme financière en faveur de la RDC.

Gabriel Leost a salué la bravoure de Nicolas Kazadi qui a abouti aux conclusions des accords entre la RDC et le FMI au sujet cette approbation de plus d’un 1.5 milliards de dollars américains.

« il y a eu un soutien appuyé du conseil d’administration. Depuis l’entrée en fonction de Nicolas Kazadi, On a pu boucler en un temps record ces négociations ». a-t-il dit.

De son côté, le Ministre des finances a tout d’abord expliqué que le taux de croissance est parti de 1,7% en 2020 et les objectifs fixés de 4,9% en 2021 et 5,6% en 2022.

Ce qui justifie que pour l’inflation, le plafond est de 6% et pour les réserves de change, et 3 milliards de dollars à la fin du programme (6 semaines) , donc la moitié, soit 1,4 milliards.

« il y a des objectifs qui nous sont propres, qui n’ont pas attendu les discussions avec le FMI. D’ailleurs, il n’y a pas un gouvernement qui n’avait pas ces objectifs. Mais avec le programme, le FMI sera témoin, c’est un auditeur qui va nous contrôler » a-t-il laissé entendre.

Selon Nicolas Kazadi, la République Démocratique du Congo a un taux de prélèvement obligatoire qui est l’un des plus faibles du monde. Raison pour laquelle, il estime qu’il faut améliorer les recettes et la rationalisation des dépenses.

A lui d’expliquer que le montant d’1,5 milliards sera décaissé en 7 tranches, dont le premier décaissement servira à renforcer les réserves de change.

Lire aussi

Partager

Articles récents