État de siège : « Deux mois après, quelle efficacité » ? S’interroge Patrick Nkanga

Par Ivan Honoré

Pratiquement deux mois après la proclamation de l’état de siège dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, par le Président Tshisekedi, pour tenter de rétablir l’autorité de l’État dans cette partie du pays, l’heure est au bilan.

Plusieurs personnalités tant politiques que sociales s’interrogent sur l’efficacité ainsi que les résultats déjà atteints dans le cadre des opérations militaires depuis la proclamation dudit état de siège.

Patrick Nkanga, cadre du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), est l’une de ces personnalités qui s’interrogent sur l’efficacité de l’état de siège.

Patrick Nkanga qui affirme avoir soutenu la proclamation de l’état de siège, se dit être stupéfait de voir, deux mois après, les résultats non probants et s’interroge aujourd’hui sur l’efficacité de l’état de siège ainsi que sur l’atteinte des missions pour lesquelles il avait été décrété.

« Nous avons instantanément soutenu l’état de siège, une fois qu’il avait été proclamé par le Chef de l’Etat. Tout autant, nous sommes fondés, aujourd’hui, à nous questionner sur son efficacité et sur l’atteinte des missions pour lesquelles il avait été proclamé », s’interroge-t-il.

Néanmoins pour les autorités, les avancées significatives ont été enregistrées depuis la proclamation de l’état de siège.

Les opérations ont permis notamment de libérér des localités comme Malika, Mayangose où plus de 70. 000 cultivateurs ont repris leurs activités agro-pastorales, et où plusieurs ADF ont été neutralisés et d’autres capturés.

Par contre, la société civile locale trouve jusque-là inefficaces toutes les opérations militaires qui sont menées dans les deux provinces, car les tueries et massacres des populations continuent à être enregistrés jour après jour.

Lire aussi

Partager

Articles récents