Présidence de la CENI : Vers un vote sans réels candidats soupçonnés proches du pouvoir

Par Gilbert Ngonga/ Olivier Rolland Tshimanga

Une victoire éclatante pour la vérité et la transparence dans la désignation du futur président de la centrale électorale.

Les évêques ne jurent que par la transparence et ne cèdent pas aux tentatives de corruption.

Les proches du Chef de l’État, Félix Tshisekedi n’ont pas caché leur joie après le choix controversé de Dénis Kadima au poste du président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

Dans une lettre accompagnant l’invitation de la rencontre de ce vendredi au siège de la Conférence Episcopale Nationale du Congo, Monseigneur Utembi a proposé, au vu des griefs formulés contre les deux derniers candidats Kadima Ebotoko, de les écarter et de chercher une troisième voie.

Aux dernières nouvelles, l’Église du Christ au Congo [ECC], soutient la proposition de Monseigneur Marcel Utembi, Président de la plateforme confessions religieuses, visant à écarter les deux derniers candidats déjà évalués, suite à leur rapprochement avec le pouvoir en place.

l’ECC avance que cette proposition donne la possibilité à chaque confession religieuse de pouvoir présenter un autre candidat.

« La proposition par Monseigneur Marcel Utembi d’écarter les deux derniers candidats déjà évalués, à cause des griefs, s’accompagne heureusement avec la possibilité qu’à chaque confession religieuse de pouvoir présenter un autre candidat. Très important ! « , souligne l’ECC.

Après un délai de 48 heures leur accordé par le Président de la chambre basse du parlement, Christophe Mboso, pour tenter d’aplanir les divergences, la date butoir est fixée ce vendredi 30 juillet 2021 pour les confessions religieuses afin de déposer le PV du candidat désigné.

Lire aussi

Partager

Articles récents