Commission paritaire : Mboso accuse Utembi de friser l’obstruction des efforts d’information

Par Gilbert Ngonga

Dans une lettre adressée à Mgr Marcel UTEMBI TAPA, et André BOKUNDOA-bo-LIKABE, respectivement Président et Vice Président de la Plateforme des Confessions religieuses, Christophe Mboso Nkodia, note leur indignation au sujet de l’invitation lancée aux Chefs des Confessions religieuses par la Commission chargée d’examiner les candidatures transmises à l’Assemblée nationale par les composantes, afin d’éclairer sa lanterne et lui faciliter la tâche dans le traitement desdits dossiers.

Y faisant suite, le président de l’Assemblée nationale, rappele à ces deux Chefs religieux que cette commission est une émanation de l’Assemblée nationale, en application des dispositions combinées des articles 48 de son Règlement intérieur et 12 de la loi organique de la Commission Électorale Nationale Indépendante.

Dans cette correspondance dont 24H.CD a obtenu une copie, Christophe Mboso s’interoge sur la résolution adoptée à la séance plénière du 12 août 2021.

« Aussi, la Résolution adoptée en sa séance plénière du 12 août 2021 qui institue celle-ci ne renseigne-t-elle pas, à son article 1″ alinéa 3, que la commission peut, si elle le juge nécessaire, entendre les représentants des forces politiques et de la Société civile concernés ? »

À en croire cette deuxième personnalité de la République Démocratique du Congo, ne pas déférer à son invitation frise l’obstruction des efforts d’information nécessaire pouvant lui permettre de saisir et traiter en toute équité les divergences profondes qui prévalent au sein de la plateforme des confessions religieuses.

De ce fait, ce bras droit du Chef de l’État, Félix Tshisekedi appelle Utembi et Bokundoa à la conscience collective et à leur responsabilité historique dans ce processus, et les prie de privilégier, en toutes circonstances, le dialogue, « fondement des rapports humains, en lieu et place de ce manque de considération, les uns envers les autres », qui selon lui, n’avance guère le pays dans la cause défendue par plus d’une personne.

Alors que selon un communiqué signé par le Rapporteur de l’Assemblée Nationale, dans lequel le Président de la chambre basse du parlement, Christophe Mboso, a signifié qu’un délai de 72 heures a été accordé aux confessions religieuses pour dégager un consensus quant à la désignation du Président de la CENI, six confessions religieuses disent n’avoir pas été formellement notifiées du délai supplémentaire de 72 heures leur accordés par le bureau de l’Assemblée Nationale.

La CENCO également n’a pas été formellement notifiée, car selon nos sources, son Président Mgr Marcel Utembi se trouve à Kisangani, pour des « urgences pastorales ».

Lire aussi

Partager

Articles récents