Ceni : les chefs spirituels pro Kadima accusent la Cenco « d’enregistrer illégalement les débats »

Par Gilbert Ngonga

Conformément à l’article 16, paragraphe 2 de la Charte des confessions religieuses, les chefs spirituels qui avaient jetté leur dévolu sur la personne de Dénis Kadima pour présider la Commission Électorale Nationale Indépendante, ont délocalisé la plénière de ce mercredi.

Dans une invitation, dont 24H.CD a obtenu une copie, ces six confessions religieuses accusent la Conférence Episcopale Nationale du Congo « d’enregistrer illégalement » lors des précédentes rencontres, des échanges lors des débats sur la désignation des animateurs de la centrale électorale.

Elles accusent aussi l’abbé Donatien NSHOLE de proférer publiquement des menaces à l’endroit de Mgr Simon NZINGA MALUKA, représentant Légal de l’Union des Églises Indépendantes du Congo.

Par conséquent, ces six confessions religieuses préfèrent tenir la réunion de ce mercredi, pour la circonstance au siège de la CIME, sis villa 80 de Mont-Fleury, Quartier Joli-Parc dans la Commune de Ngaliema.

Pour notre gouverne, l’article 16, paragraphe 2 de la Charte des confessions dispose que : «Les réunions de la plénière sont convoquées par le président, par le Vice-président en cas d’empêchement de ce dernier ou par la majorité de ses membres».

À en croire l’Eglise du Christ au Congo, « le bon sens voudrait que la convocation d’une plénière de la plateforme des confessions religieuses ne soit décidée par la majorité des membres qu’en cas d’empêchement de son Président et de son Vice-président. Or le Président est là. Donc la convocation faite par les 6 confessions religieuses pose déjà un problème ».

Lire aussi

Partager

Articles récents