Ram : Christophe Mboso sauve Augustin Kibassa et sa taxe

Par Gilbert Ngonga

La réunion de lundi 11 octobre des députés de l’Union sacrée au sujet de la taxe RAM a produit ses résultats attendus. Les ténors de l’Union sacrée de la nation ont réussi à sauver le ministre des PTNTIC, Augustin Kibassa, mais aussi sa taxe controversée.

On peut s’accorder que le dossier RAM est terminé au niveau de l’assemblée nationale.

« Nous attendons les réponses du gouvernement », a lâché le speaker de l’Assemblee Nationale, Christophe Mboso, lors de la plénière encours au Palais du peuple.

La réunion de lundi 11 octobre des députés de l’Union sacrée au sujet de la taxe RAM a été mal perçue dans l’opinion.

Le ministre des Postes, télécommunications et nouvelles technologies de l’information et de la communication (PTNTIC), Augustin Kibassa Maliba était de nouveau auditionné, ce mercredi 13 octobre 2021, à l’Assemblée nationale, sur les motivations notamment « légales » de la taxe sur le Registre des appareils mobiles (RAM).

Tard dans la soirée du mardi, l’Union Sacrée du Chef de l’État, Félix Tshisekedi avait convoqué ses députés à Fleuve Congo Hôtel, à Kinshasa, pour une réunion spéciale, afin de chercher les voies et moyens pour maintenir cette texte pourtant contestée par plus d’une personne.

Le gouvernement de la RDC à travers le ministère des PTNTIC avait instauré, il y’a de cela quelques mois, la taxe sur l’usage de téléphone. Pour le registre des appareils mobiles (RAM), cette taxe permettra à l’autorité de tutelle de lutter contre les téléphones contrefaits et de protéger les données téléphoniques de la population de la RDC.

Cependant, cette taxe suscite un tollé de désapprobations de la part des consommateurs qui veulent voir la surpression définitive de cette taxe qui viole les principes et les règles fondamentales en la matière.

Lire aussi

Partager

Articles récents