Lutte contre les viols des femmes: Mukwege appelle à la mise en place d’une justice transitionnelle

Par Fabrice Lukamba

Prix Nobel de la Paix, le docteur Denis Mukwege considère l’impunité comme un grand élément qui favorise les actes des viols dont de nombreuses femmes sont victimes à l’Est de la République démocratique du Congo. Il propose, pour venir à bout de cette situation, une justice transitionnelle pour juger les responsables de ces crimes.

Le docteur Denis Mukwege a fait ce plaidoyer au cours d’une conférence qu’il a animée ce lundi 02 mai à l’Université de Kinshasa (UNIKIN). Cette conférence était axée sur le thème : “Viol comme arme de guerre”.

« Aujourd’hui, nous menons un plaidoyer pour l’adoption d’une stratégie nationale holistique de justice transitionnelle », s’est adressé à l’assistance le célèbre gynécologue congolais.

La justice transitionnelle à laquelle il a fait allusion, signalons-le, devrait permettre notamment de juger ceux qui ont commis ces crimes par le passé et de prévenir pareils actes.

Tout au long de son intervention, le fondateur de l’hôpital Panzi a démontré comment ces viols constituent une stratégie de guerre. Il a par exemple fait observer que la plupart de ces viols sont des « viols systématiques qui ne tiennent pas compte de l’impulsion sexuelle » et ils sont commis par les groupes armés pour s’emparer des minerais.

Outre le recteur de l’Université de Kinshasa, le professeur Jean-Marie Kayembe, cette conférence qui s’est tenue à la Salle Monseigneur Luc Gillon, a connu l’assistance de plusieurs autres hautes personnalités du pays. Il y avait notamment la présence remarquable du président du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo et du ministre des Droits humains, Albert Fabrice Puela.

Lire aussi

Partager

Articles récents