« Quand le Chef de l’État accorde une grâce présidentielle, il faut l’exécuter. Nous devions sortir depuis le mois de janvier » (Jacky Ndala)

Par Fabrice Lukamba

Président de la Ligue des jeunes d’Ensemble pour la République, parti cher à Moïse Katumbi Chapwe, Jacky Ndala vient d’être libéré ce samedi 18 juin, après avoir passé dix mois et quelques jours à la prison centrale de Makala.

Il sort de la prison après avoir bénéficié d’une grâce présidentielle.

Cependant, ce cadre du parti de Moïse Katumbi a exprimé ses regrets suite à sa libération tardive, alors que, a-t-il dit, l’Ordonnance portant la mesure de grâce présidentielle avait été signée par le Président de la République depuis le mois de décembre de l’année passée.

« Je regrette beaucoup. Quand le Chef de l’État accorde une grâce présidentielle, il faut l’exécuter. Nous devions sortir depuis le mois de janvier », a déclaré Jacky Ndala à sa sortie de prison.

Dans la foulée, l’ex-. prisonnier s’est dit également choqué par la guerre dans l’Est. Il a invité toute la jeunesse congolaise à se mobiliser derrière le Chef de l’État pour soutenir les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) qui combattent des forces négatives, dont le M23, dans cette partie du pays.

« Le Congo est en guerre, il faut qu’on se le dise. Nous quittons cette prison derrière nos FARDC. Nous avons une seule mission, c’est de mobiliser toute la jeunesse de ce pays, afin de pouvoir soutenir nos Forces, évidemment soutenir le Chef de l’État (…), afin de bouter hors d’état de nuire l’ennemi de notre pays », a-t-il déclaré.

Pour rappel, Jacky Ndala avait été condamné à deux ans de prison ferme pour « désobéissance civile » par le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Kinkole en juillet 2021.

Lire aussi

Partager

Articles récents