Envoi de la Force militaire régionale à l’Est : Pole Institute craint une « surmilitarisation » dans la région

Par Fabrice Lukamba

Des réactions contre le déploiement d’une Force militaire régionale dans l’Est de la République démocratique du Congo ne cessent de se multiplier. Chercheur au sein de Pole Institute, Institut de recherche-action spécialisé dans la prévention et la résolution des conflits basé à Goma dans le Nord-Kivu, Joël Baraka Akilimali pense que cette Force ne va pas résoudre le problème de l’insécurité dans cette partie du pays, mais elle va par provoquer une « surmilitarisation » au niveau de la région.

« (…) la Force militaire régionale va accentuer une surmilitarisation de l’Est de la RDC où de nombreuses opérations militaires sont encore en cours et peinent à venir à bout des problèmes sécuritaires (…) », a-t-il dit dans une analyse parvenue à 24h.cd ce mardi 28 juin.

À l’en croire, la solution aux défis sécuritaires dans l’Est de la RDC devrait passer notamment par un vrai dialogue au niveau du pays et par la sanction des auteurs des différentes exactions qui seraient déjà connus.

« Il y a la nécessité de poser d’abord les jalons d’un climat de confiance entre les peuples et leurs dirigeants respectifs pour un dialogue sincère, une inclusivité et une justice contre les criminels, gage de la paix durable et de la reconstruction de l’État congolais », a proposé Joël Baraka Akilimali.

La fois dernière, c’est le mouvement citoyen lutte pour le changement (LUCHA), qui s’était opposé à cette décision. Dans une lettre adressée au Chef de l’État, LUCHA avait demandé à ce dernier de ne pas accepter cette Force au pays.

Il sied de rappeler que l’envoi d’une Force militaire régionale dans l’Est de la RDC est l’une des résolutions du dernier Sommet des Chefs d’État de l’EAC tenu à Nairobi, au Kenya. Ce Sommet a été consacré à l’insécurité dans cette partie du pays, insécurité aggravée par la résurgence du M23.

Lire aussi

Partager

Articles récents