RDC : Félix Tshisekedi veut la réévaluation du plan de retrait de la Monusco sur le sol congolais

Par Olivier Rolland Tshimanga

À la suite des événements malheureux qui ont eu lieu la semaine passée, relatifs aux manifestations anti-Monusco dans la partie Est de la RDC, le Chef de l’État Congolais, Félix-Antoine Tshisekedi a présidé une importante réunion de crise, le lundi 01 août 2022 dans la soirée, à la cité de l’Union Africaine, autour du Président de l’Assemblée Nationale, celui du Sénat, le Premier Ministre ainsi que d’autres ministres dont certains y ont été associés.

À l’ordre du jour de cette importante réunion de crise, un seul point y a été inscrit, à savoir : l’audition du rapport de la commission spéciale du gouvernement sur la situation qui a prévalu au Nord-Kivu et Sud-Kivu, consécutive aux manifestations contre la Monusco. Cette commission avait pour mission de faire l’évaluation générale de la situation, en faire le bilan et ensuite apporter le réconfort et le soutien du gouvernement aux populations qui ont été directement touchées par ces événements malheureux.

Du rapport de cette mission, la commission spéciale du gouvernement conduite par le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’intérieur a donné un bilan humain de 36 morts répartis comme suit : 13 morts à Goma, 13 morts à Butembo dont 4 casques bleus, 4 morts à Uvira, 3 morts à Kanyabayonga  et 3 morts à Kasindi.

Au regard de ce bilan, le Président Félix Tshisekedi a instruit le gouvernement de diligenter une réunion avec la mission Onusienne en vue de réévaluer le plan de son retrait convenu en vertu de la résolution 2556 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies.

Il sied de noter que dans la journée du même lundi 01 août 2022, le Président Tshisekedi a eu un entretien téléphonique avec le Secrétaire Général de l’ONU, António Guterres, autour du mandat de la Monusco en RDC.

Selon la Présidence congolaise, Félix Tshisekedi a rappelé au SG de l’ONU que le retrait du M23 de toutes les localités actuellement occupées conformément aux communiqués de Nairobi, à la feuille de route de Luanda, est une condition nécessaire à la baisse de la tension.

Lire aussi

Partager

Articles récents